Eyraud, Strootman, Radonjic… Les pires choix de Frank McCourt à l’OM

Depuis qu’il a repris les rênes de l’OM, Frank McCourt n’a pas toujours fait les bons choix.

Sommaire

Voici les 3 décisions les plus mauvaises de l’homme d’affaires américain depuis qu’il est à Marseille.

Voilà désormais plus de 6 années que l’OM est passé sous pavillon américain, avec le rachat du club par Frank McCourt en octobre 2016. Cette date devait marquer un tournant pour le club, qui devait s’imposer comme le penchant du PSG à l’échelle nationale, et retrouver les sommets sur la scène européenne. Au moment de faire le bilan, l’OM version McCourt garde un bilan mitigé, le club phocéen n’ayant pas gagné le moindre trophée, malgré plusieurs parcours convaincants en Coupes d’Europe. Par ailleurs, le propriétaire américain n’a pas toujours pris les meilleures décisions pour son club.

1/ Eyraud, président contesté

L’une des toutes premières décisions de McCourt en tant que propriétaire de l’OM fut de placer Jacques-Henri Eyraud sur le fauteuil de président. En poste jusqu’en 2021, ce dernier n’a jamais fait l’unanimité et a souvent cristallisé les critiques et mécontentements des supporters olympiens, lui reprochant notamment une mauvaise communication ainsi que des choix douteux sur le marché des transferts. Avec le recul, la nomination d’Eyraud n’apparaît pas comme une décision judicieuse de la part de l’investisseur américain, qui semble avoir rattrapé le coup avec la nomination de Longoria, bien plus performant et cohérent depuis sa nomination.

2/ Strootman, le gros flop

Le mandat McCourt aura également été le spectacle de transferts douteux. Sur les dernières années, l’arrivée de Strootman constitue sûrement le pire transfert réalisé. Le néerlandais, arrivé avec l’étiquette d’international et de joueur habitué au plus haut niveau, n’a jamais semblé en mesure de s’imposer sur la Canebière. Le joueur a souvent été pris à partie par les supporters marseillais, notamment pour des raisons financières. En effet, le joueur avait coûté pas moins de 25 millions d’euros, avec un salaire de 500.000 euros par mois. Loin de justifier de telles sommes, son passage à Marseille aura été un échec dans tous les sens du terme.

Lire aussi  OM : L’agent d’El Arouch est déjà passé à l’action (INFO Média Foot)

3/ Radonjic, la pépite qui s’est brûlée les ailes

Le milieu de terrain néerlandais n’est cependant pas un cas isolé. A l’été 2018, l’OM pense frapper un gros coup en recrutant Nemanja Radonjic, grand espoir du football serbe, contre un chèque de 12 millions d’euros. Après deux saisons sur la Canebière, il enchaînera trois prêts consécutifs, étant actuellement prêté au Torino. Avec plus de 60 matchs avec l’OM, le Serbe possède un bilan de 8 buts et 3 passes décisives, mais a surtout vu sa valeur marchande être divisée par trois. L’ancien joueur de l’Etoile Rouge de Belgrade n’a pas laissé un grand souvenir aux fans olympiens, et devrait garder l’étiquette de flop du projet McCourt pendant un petit moment.