Mercato : Son départ du PSG ne fait plus l’ombre d’un doute

En prenant publiquement la parole sur l’affaire du brassard, Presnel Kimpembe a jeté un pavé dans la mare.

Sommaire

Mais en toile de fond, c’est son avenir dont il est question. Plus que jamais, le défenseur ouvre la porte d’un départ du PSG.

Véritable figure du PSG, Presnel Kimpembe n’a connu que le club de la capitale dans sa carrière. En effet, le défenseur est un pur produit parisien depuis son enfance et il a joué 232 matches pour le club depuis ses débuts professionnels en 2014. Et si sa prolongation était bien partie il y a encore quelques semaines, l’histoire pourrait être bien différente à la suite de cette nouvelle polémique dans laquelle il a pris la parole.

La polémique de trop ?

Opposé au Pays de Cassel lundi dernier en Coupe de France, le PSG a dû se passer de son capitaine Marquinhos pour la rencontre. Et pour le remplacer, Christophe Galtier a choisi Kylian Mbappé et ce choix a forcément posé question en conférence de presse. Le coach a donc répondu que le Français est le second choix depuis le début de la saison, ce qui a provoqué la colère de Presnel Kimpembe. Sur les réseaux sociaux, le défenseur français assure qu’il n’est « pas au courant de cette décision » et les rumeurs n’ont pas tardé à fuser, alors que ce message n’a pas été bien reçu en interne. Le champion du monde pourrait donc être sur la sellette du club après cet épisode.

Un départ l’été prochain ?

Elément très solide de la défense centrale depuis presque dix ans, Presnel Kimpembe pourrait donc connaître une nouvelle aventure, chose qui semblait impossible il y a encore quelques semaines. Le Français est sur la liste d’un grand club espagnol notamment, l’Atlético de Madrid. Le PSG, bien discret sur le mercato hivernal, avait opté pour la prolongation de certains de ses cadres mais cette polémique aurait vraiment refroidi les dirigeants. Cette histoire et son absence quasi constante cette saison à cause de ses blessures ne jouent pas en sa faveur…

Lire aussi  Angleterre - France : Ce gros point faible qui peut plomber les Anglais