Le PSG ne lâche pas William Saliba (INFO Média Foot)

Révélé en exclusivité par Média Foot, l’intérêt du PSG pour William Saliba est toujours actif.

Sommaire

Selon nos sources, les dirigeants parisiens continuent de discuter avec les représentants du joueur et envisagent clairement la venue du Français en 2023.

Malgré son étiquette de « joueur de l’OM », William Saliba est une piste bien active du côté du PSG. Média Foot a été le premier média à révéler cette piste parisienne. Et quelques mois après le mercato estival, Luis Campos n’a pas perdu de vue le défenseur français, aujourd’hui sous les couleurs d’Arsenal. Selon nos sources, le dossier est très présent en coulisses. Le PSG continue de maintenir le contact avec les représentants du joueur et tablent sur une opération à l’été 2023.

En fonction des moyens qui seront à disposition à ce moment-là.

Saliba envisage un retour en France

Après s’être imposé à Arsenal, lui qui a connu des débuts difficiles chez les Gunners, William Saliba aspire à boucler une grosse saison en Premier League. Très peu utilisé par Didier Deschamps lors de la dernière Coupe du Monde (il est entré en jeu 27 minutes contre la Tunisie), le défenseur central envisage toutes les possibilités pour la suite. Mais dans un coin de sa tête, il sait que rentrer en France, dans un club de premier plan, peut lui permettre d’optimiser ses chances de disputer le prochain Euro (2024) et de se faire une place en Bleu. A son poste, la concurrence est plus que rude. Notamment après l’émergence de garçons comme Dayot Upamecano et Ibrahima Konaté.

Lire aussi  Bordeaux - Rennes : Un cadeau parfait pour les supporters girondins !

Un joueur formé en France

Le PSG continue d’entretenir le dossier Saliba, en sachant qu’il sera difficile de le sortir d’Arsenal, où Mikel Arteta l’apprécie de plus en plus. La question du prix sera aussi centrale. Paris n’a pas les moyens de faire de grosses folies. La masse salariale du vestiaire réduit considérablement le champ d’action du club. Mais William Saliba, outre ses qualités techniques et physiques, dispose d’un autre supplémentaire. Formé à l’ASSE, en France, il permettrait à Christophe Galtier de répondre aux quotas de joueurs made in France demandés par l’UEFA (4 joueurs minimum).